Jacquot: le bon coup de Pau

Cinq mois après son départ d’Oyonnax, l’ex-Dolois désormais Palois, Julien Jacquot s’est installé comme l’un des cadres de la section

En Béarn, la tâche ne s’an-nonçait pas des plus simples. Recruté avec son comparse oyonnaxien Rémi Delavallée, le pilier Julien Jacquot avait pour lourde tâche de s’imposer dans une for-mation réputée pour le jeu de ses avants.
N’en déplaise à la presse spécialisée, qui ne voyait en Jacquot que le second rôle d’une première ligne à forte distribution, le Jurassien s’est imposé rapidement, jusqu’à coiffer l’international Tongien Peni Fakalelu au moment d’une première titularisation en championnat. Au Hameau, face à Bordeaux, le « laborieux » a même réussi à s’illustrer, recevant honorifiquement le titre de meilleur pilier de la division lors de cette journée.
« Je me sens bien à Pau, physiquement, je me trouve mieux que l’an dernier à la même époque » avoue le jeune père de famille jusqu’il y a peu intérimaire du rugby d’élite. Préparateur de commandes dans une usine de plastique jusqu’à la saison passée, l’homme à l’image de son ancien club, est depuis cette année totalement et profession-nellement dévoué à la pratique rugbystique. Après 5 ans de bons et loyaux services, « j’avais besoin de passer un cap, de tenter une nouvelle vie dans un Sud que je ne connaissais pas ».

Titularisé à Oyonnax
Avec la même envie et le dynamisme qui caractérisa son jeu sous les couleurs rouges et noires, l’homme a profité de l’avant saison pour s’im-poser. Signe de confiance de la part de Jean-Bernard Du-plantier, il
s’est vu titularisé face à l’USO lors de cette dernière journée. « On s’était fixé pour but de remporter nos trois premiers matches de la saison, c’est pourquoi nous sommes très déçus de ce qu’il s’est passé à Oyonnax. On fait vingt bonnes minutes où on tient le score, et on leur offre 12-15 points en première mi-temps Après voilà, Oyonnax reste Oyonnax, une équipe qui témoigne toujours autant d’envie. Une formation toujours aussi efficace devant et qui a mon sens joue plus rapidement derrière cette saison. »
Manqué, le retour de Jacquot à Mathon, ne suffira pas à contrarier les plans d’un homme reconnaissant : « A Pau, je me sens vraiment très bien, c’est pourquoi, je suis d’autant plus déçu de cette défaite mais nous allons analyser tout cela pour nous reprendre la semaine prochaine face au LOU ». Avec un appétit de victoires toujours aussi démesuré, le Lou, au Hameau, aura tout à se méfier d’un pilier aux dents longues.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.